img-book
ISBN : 978-2-915083-25-5

Mon effroyable histoire du cinéma. Entretiens avec Makoto Shinozaki

Kiyoshi Kurosawa

Traduit du japonais par Mayumi Matsuo et David Matarasso Kiyoshi Kurosawa est l’un des cinéastes japonais contemporains les plus importants. Son œuvre et ses interventions (conférences, entretiens…) tracent un itinéraire artistique original et, en même temps, symptomatique de la création nippone – surtout en ce qui concerne le cinéma de genre, l’île du Levant étant […]

21.00

En savoir plus sur l'auteur
Tardivement découvert en Occident, en 1997 avec Cure et en 1999 avec trois de ses films en compétition dans différents festivals (License to LiveCharismaVaine Illusion), Kiyoshi Kurosawa est une figure essentielle et singulière du cinéma japonais. Très tôt, sa cinéphilie l’oriente vers les films de genre américains des années cinquante et soixante-dix (Aldrich, Siegel, Peckinpah, Fleischer, Carpenter, Hooper…) et le cinéma d’auteur (Godard, Rohmer, Cassavetes, Wenders…). Il est d’abord engagé par la Nikkatsu pour tourner des pink eiga (fictions érotiques). Il réalise en 1985 The Excitement of the Do-Re-Mi-Fa Girl, un film de commande aux résonances godardiennes – ce qui ne plaît pas à la Nikkatsu qui qualifie Kurosawa de réalisateur incontrôlable. Cette réputation marginalise le cinéaste. Privé de tournage, il enseigne le cinéma à l’université de Rikkyo, influençant de futurs metteurs en scène tels que Makoto Shinozaki, Shinji Aoyama, Masayuki Suo… Son retour en grâce, il le doit au succès de Sweet Home (1989), film de fantôme et de maison hantée annonciateur de la vague fantastique japonaise – quelques années avant Ring et The Grudge. Il tourne ensuite beaucoup, imposant son style qui prend toute sa signification dans CureCharisma (1999), Séance (2000), Kaïro (2001), Jellyfish (2003), Doppelgänger (2003), Loft (2005), Retribution (2006). Ce sont des films qui mêlent le fantastique et l’intime dans une vision violente, inquiétante et métaphysique de la société japonaise contemporaine, laquelle transparaît avec force dans Tokyo Sonata.
Livres de Kiyoshi Kurosawa
Résumé

Traduit du japonais par Mayumi Matsuo et David Matarasso

Kiyoshi Kurosawa est l’un des cinéastes japonais contemporains les plus importants. Son œuvre et ses interventions (conférences, entretiens…) tracent un itinéraire artistique original et, en même temps, symptomatique de la création nippone – surtout en ce qui concerne le cinéma de genre, l’île du Levant étant devenue la référence mondiale en la matière. Ayant traversé près de trois décennies de l’histoire récente du cinéma, le réalisateur est devenu une référence incontournable – au même titre que Takeshi Kitano, Wong Kar-Wai, Hou Hsiao-Hsien, Kim Ki-Duk… C’est dire si les entretiens ici proposés sont précieux. Kiyoshi Kurosawa nous convie à un voyage cinéphilique au cours duquel les classiques du fantastique (Vampyr, Le Moulin des supplices, La Nuit du loup-garou, Histoire de fantômes japonais…) côtoient les films d’horreur phares de la modernité (Psychose, L’Étrangleur de Boston, Massacre à la tronçonneuse, La Nuit des morts-vivants, Les Dents de la mer, Halloween…), où les séries B en provenance des États-Unis ou d’Europe croisent les plus fameux récits de fantômes japonais.

Au moins deux “effroyables histoires” s’entrelacent ici : une histoire de la peur à l’écran, anthologie dressée par l’un des maîtres du fantastique actuel, et le récit des émotions engendrées par ces mêmes films, qui trace en filigrane l’histoire d’une vie. Kurosawa lance des passerelles entre les mythologies, nourrit son imaginaire de l’imaginaire de l’Autre. Quel point commun y a-t-il entre la Gorgone et un kaidan, un fantôme nippon ? Pourquoi le Japon privilégie-t-il les revenants plutôt que les vampires ? Les mécaniques fatales se ressemblent-elles ? La dimension critique du cinéma d’horreur américain des années 1970 est-elle perceptible au pays d’Hiroshima ? Makoto Shinozaki révélant les scènes sous les scènes, Kurosawa livre même quelques secrets de sa fabrique des images. Démarche intime et passionnée, précieuse de la part d’un cinéaste s’effaçant derrière son œuvre.

Infos pratiques

ISBN : 978-2-915083-25-5
Date de publication : mai 2008
Nombre de pages : 160 pages

Revue de presse :

« Après avoir créé l’événement avec Kiyoshi Kurosawa. Mémoire de la disparition, Rouge Profond récidive en publiant son essentiel complément, un passionnant entretien entre Kurosawa et son confrère, Makoto Shinozaki, comme lui fasciné par les cinématographies les plus déviantes. »
Jean-François Micard, D-Side

“Mon effroyable histoire du cinéma. Entretiens avec Makoto Shinozaki”

Il n'y a aucun commentaire sur ce livre pour le moment.